KIFF MY LIFE
Bienvenue sur l'espace forum KIFF MY LIVE !

Vous êtes une femme, un homme ou un couple, à la recherche :

- d'une rencontre amicale ?...
voici votre lien:
http://kiffmylife.kiffmylife.com/f7-rencontres-amicales

- d'une rencontre sentimentale ?...
voici votre lien:
http://kiffmylife.kiffmylife.com/f8-rencontres-sentimentales

- d'une rencontre sans lendemain ?...
voici votre lien:
http://kiffmylife.kiffmylife.com/f9-rencontres-sans-lendemain

Inscrivez-vous, sur KIFF MY LIFE, la rencontre c'est:
- du réel
- gratuit

Cordialement,


L'équipe Web
www.kiffmylife.kiffmylife.com
Annuaire OVJS













Le Moulin Rouge et les nuits de Pigalle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

23042013

Message 

default Le Moulin Rouge et les nuits de Pigalle




Demandez à un Américain ce que Paris lui évoque : il vous citera la tour Eiffel et le Moulin Rouge. Ces deux symboles de la ville lumière sont nés au printemps 1889 pour l’Exposition universelle. C’est le 30 avril 1889 que les ailes du Moulin Rouge tournent pour la première fois...

Avant que les ailes ne tournent...

Un moulin qui n’a jamais moulu…

Contrairement à d’autres moulins parisiens (la capitale en a compté autrefois jusqu’à trois cents !) ensuite transformés en cabarets, le Moulin Rouge n’a jamais moulu le moindre grain ni produit le moindre sac de farine. Ses ailes n’ont tourné que pour le plaisir des yeux… et du reste.

Ce nouveau lieu de fête s’est bâti en 1889 près de Pigalle, dans un quartier qui n’avait été englobé dans Paris que depuis l’extension de la capitale en 1860.

Un quartier depuis longtemps consacré à la danse

Le quartier dit du haut Montmartre s’est fait connaître progressivement à partir des années 1820-1830 comme un lieu de plaisirs et de fêtes. L’Elysée Montmartre y lance des bals en plein air boulevard Rochechouart dès 1807. Ancêtre du café-concert La Cigale qui le remplace au même endroit en 1887, la Boule Noire ouvre en 1822 un hangar où l’on danse. Des bals encore s’organisent plus haut, au Moulin de la Galette. Entre ces lieux de danses et de rencontres se multiplient les goguettes, des cabarets où chacun peut boire et chanter.

Le bas Montmartre, l’actuel Pigalle, reste longtemps moins animé, jusqu’à son annexion par Paris en 1860. Globalement, le quartier n’attire cependant qu’une clientèle locale, d’ouvriers des faubourgs proches et de rares artistes bohèmes.

Du cancan au coquin

Le « palais de la Femme » et du cancan

Avec le Moulin-Rouge, c’est l’avènement du cancan. Les fondateurs rêvent d’en faire un « palais de la Femme » (courtisane bien sûr). Danse fort osée pour l’époque, tirée du quadrille naturaliste du début du XIXe siècle, le cancan était déjà devenu un spectacle de scène au Moulin de la Galette ou à l’Elysée-Montmartre.
Le Moulin de la Galette

Mais le Moulin-Rouge fait du cancan une revue quotidienne, avec des danseuses vedettes aux surnoms populaires : la Goulue, que le peintre Toulouse-Lautrec immortalise dans ses œuvres, Jeanne La Folle, la Môme Fromage, Grille d’Égout, Nini Pattes-en-l’Air…

Le Moulin-Rouge se fait connaître aussi par son grand jardin et un immense éléphant creux en stuc de l’Exposition universelle. À l’intérieur de ses pattes, des femmes font la danse du ventre : un spectacle réservé aux seuls hommes, moyennant un franc…

La multiplication des spectacles coquins

Les danses du ventre au creux de l’éléphant ne sont qu’un début. Dans les années 1890-1900, les revues coquines se multiplient dans le quartier, ainsi que les salles de spectacles révélant parfois de futurs grands noms des scènes parisiennes (Yvette Guilbert, Mistinguett, Maurice Chevalier…).

Mais elles restent longtemps perçues comme grossières et de qualité médiocre (les spectacles de lutte féminine y sont à la mode), à mi-chemin entre la fête foraine nocturne et le Grand-Guignol…

Une notoriété incontestée

Une notoriété internationale gagnée après guerre

C’est après la Première Guerre mondiale que le Moulin Rouge et Pigalle deviennent de hauts lieux des nuits parisiennes et sont reconnus comme tels bien au-delà des limites de la capitale. « Qui n’a pas passé au moins une soirée à Montmartre ne connaît pas le Paris qui s’amuse », dit-on alors.

Le quartier devient mondain, cosmopolite et lance les modes : le tango, le jazz, le rag-time. Les cinémas s’y multiplient, bientôt aussi les spectacles de nus et de striptease, et les activités plus ou moins licites…

Et aujourd’hui ?

Le quartier reste toujours celui de la fête nocturne. Huit films ont contribué à la notoriété du Moulin Rouge, dont celui de Baz Luhrmann en 2001. Aujourd’hui, il s’y consomme pendant les spectacles 240 000 bouteilles de champagne par an. Bref, ça pétille toujours autant !
(Source : notrefamille.com)

_______________________________________________



Texte signé par:




Admin du site KIFF MY LIFE
http://kiffmylife.kiffmylife.com
avatar
Admin1
Consultant junior niveau 1
Consultant junior niveau 1

Civilité du membre: : Mme
Ayant: : 54
Date d'inscription : 24/12/2009
Membre habitant: : Lille

http://kiffmylife.kiffmylife.com

Revenir en haut Aller en bas

- Sujets similaires
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Le Moulin Rouge et les nuits de Pigalle :: Commentaires

avatar

Message le Ven 26 Avr - 18:21 par Admin1

Etes-vous déjà allé(e) au Moulin Rouge ?

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum